Beaujolais Nouveaux : couleur, arômes et protection contre les coups de soleil

C’est le début de la véraison dans le Beaujolais. Fin juillet et début août, les grains de raisin passent progressivement du vert au rouge sombre. Jeune vigneron dans le Beaujolais, Thibaut Girin nous explique que quand la véraison débute, ce sont les vendanges qui s’approchent !

Quand on voit les raisins se colorer, on se dit que cela va bientôt être les vendanges.

Les raisins du Beaujolais se colorent

Dans les vignes du Beaujolais, les raisins sont progressivement en train de changer de couleur. Si les raisins sont maintenant gros, ils entrent dans la dernière phase de leur développement : le mûrissement. Ce phénomène est connu sous le nom de véraison. Pendant une période d’environ trois semaines à un mois, l’ensemble des baies de gamay se parent d’une belle couleur rouge, tirant sur le violet. La peau se colore, et c’est elle qui donnera ensuite sa couleur aux vins du Beaujolais, dont les Beaujolais Nouveaux.

Pendant la véraison, le sucre augmente dans la baie, tandis que l’acidité diminue. Les arômes du raisin s’épanouissent.

« Quand on voit les raisins se colorer, on se dit que cela va bientôt être les vendanges. On commence à ressentir de la bonne pression », sourit Thibaut Girin.

 Des vendanges dans environ 45 jours

 

Sur le Domaine Girin, situé dans le pays des pierres dorées, on s’oriente vers un début des vendanges entre le 1er et le 5 septembre. Pour le moment, ce n’est qu’une estimation. Dans quelques jours, quand le domaine familial sera à 25 % de véraison, Thibaut Girin va commencer les contrôles de maturité avec son père et son oncle. Deux fois par semaine, ils se rendront dans les vignes pour ramasser de manière aléatoire vingt grappes. Le jus des raisins sera alors analysé sur la sucrosité, l’acidité et le PH. À Saint Vérand, le village où habitent les Girin, ces contrôles se font avec les voisins. La dizaine de viticulteurs se réunit pour effectuer les contrôles « tous ensemble ». Ces analyses du jus se doublent d’observations dans les rangs de vignes. Ce sera le cas jusqu’au déclenchement effectif des vendanges.

 De la chaleur, mais gare aux coups de soleil

 

Pour bien mûrir, les raisins ont maintenant besoin de chaleur. Thibaut Girin est optimiste : « on est content, on pense que cette année encore cela va être très qualitatif ». Pendant que les raisins mûrissent, les viticulteurs s’assurent qu’ils reçoivent le soleil dont ils ont besoin, mais pas plus.

« On va faire un rognage et écimer avant les vendanges et puis ce sera tout. On enlève la végétation en plus, mais pas trop, car les raisins sont sensibles aux coups de soleil ».

Les feuilles servent à protéger les raisins et surtout à fabriquer les sucres qui sont acheminés par la sève dans les grappes de gamay.

Pendant que la véraison progresse, les Girin, comme tous les viticulteurs du Beaujolais, se préparent à ramasser le fruit de leur travail. L’équipe de vendangeurs est déjà constituée et courant août le cuvage sera installé. Chez les Girin, 50 % de la vendange est vinifiée en Beaujolais Nouveaux. Le jeudi 16 novembre 2017, vous pourrez les déguster !

  • Partager

  • Facebook