Des Beaujolais Nouveaux pour les fêtes de fin d’année

Jean-Luc Ducruix est un jeune vigneron du Beaujolais. À 37 ans, il dirige le domaine de Vavril à Beaujeu (69). Une vraie fierté pour ce passionné au parcours atypique. Depuis ses vignes en coteau, il nous parle de transmission de savoir-faire, de plaisir de la vinification et de la convivialité des Beaujolais Nouveaux.

Ducruix fier des Beaujolais Nouveaux
C’est un moment de partage. C’est comme cela que je le conçois.

De salarié viticole en Beaujolais à chef d’exploitation

 

Le Beaujolais est une terre d’opportunités. Jean-Luc Ducruix fait partie de ces jeunes vignerons du Beaujolais qui ont décidé de s’installer. L’idée lui est venue lorsqu’il était salarié de Daniel Bulliat et Philippe Deschamps, « deux très grands vignerons sur Beaujeu ». Daniel Bulliat le prend sous son aile et croit en son potentiel. De quoi faire naître une envie dans la tête du jeune ouvrier : « avoir mon nom sur une étiquette de vin ». En 2003, Daniel Bulliat lui trouve 1,7 ha en Beaujolais-Villages et le rêve prend corps.

 « Mettre son nom sur une bouteille, c’est l’aboutissement d’un an de travail. Il y a la taille, le travail du sol, les vendanges et les vinifications. Vous transformez votre raisin en vin. C’est le plus beau moment, surtout quand on vous dit que c’est bon. Daniel m’a transmis sa passion ».

Et de la passion il en faut, pour travailler les vignes en coteau, typiques du Beaujolais. Sur des terrains où la machine ne passe pas, le travail manuel est omniprésent.
 

Beaujolais Nouveaux, des vins de partage

 

Au fur et à mesure du temps, Jean-Luc Ducruix a diversifié sa gamme. En plus des Beaujolais-Villages, il produit des Régnié, Côte de Brouilly, Morgon et Chiroubles. Chaque année, il propose également deux cuvées de Beaujolais-Villages Nouveaux. Une tradition des vins primeurs qu’il se plaît à perpétuer.

 « Ce sont des vins très complexes à vinifier, on n’a pas le droit à l’erreur. On ne travaille aucune cuvée de la même façon. On adapte notre vinification en fonction de l’âge des vignes, du terroir, de l’ensoleillement des parcelles, c’est vraiment très intéressant ».

Un vin primeur 2016 que Jean-Luc Ducruix a d’ailleurs eu l’honneur de présenter lors de la fête des Sarmentelles à Beaujeu. Il était le responsable de la fameuse mise en perce dans la nuit du 16 au 17 novembre.
 

Beaujolais Nouveaux, des vins à déguster toute l’année

 

Comme tous les vins, les Beaujolais Nouveaux peuvent vous accompagner pendant de longs mois, voire des années. Au moins jusqu’au printemps suivant, les Beaujolais Nouveaux continueront de proposer cette fraîcheur et ce fruité, qui sont la marque des vins primeurs du Beaujolais. Dommage donc de se limiter au 3e jeudi de novembre et aux quelques jours qui suivent, pour les déguster. Passée la sortie de novembre, Jean-Luc Ducruix garde chaque année des bouteilles pour les moments de convivialité, en particulier les fêtes de fin d’année.

 « J’aime beaucoup les Beaujolais Nouveaux autour de Noël. On fait une dégustation avec des amis et la famille, autour d’un plateau d’huîtres. Ça nous permet de passer un super moment avec un vin qui goûte très bien ».

Début janvier, Jean-Luc Ducruix a aussi prévu de faire un petit concours de dégustation, avec des amis et des vignerons de Beaujeu. Sur la table, il y aura plusieurs Beaujolais Nouveaux et Beaujolais-Villages Nouveaux.

 « C’est un moment de partage. C’est comme cela que je le conçois ».

  • Partager

  • Facebook