Les vendanges des Beaujolais Nouveaux et Beaujolais Villages Nouveaux, c’est parti !

Chez Emmanuel Fellot, à Rivolet dans le Rhône, les vendangeurs sont au travail. La récolte du gamay a débuté samedi 29 août et va durer une douzaine de jours. Le vigneron vous fait découvrir son quotidien pendant cette période la plus intense de l’année, “celle que l’on attend, pour laquelle on travaille toute l’année”.

Vigneron du beaujolais Fellot
cette année on aura des Beaujolais Nouveaux qui sont bien structurés, sur le fruit et avec une belle couleur

Un coup de main pour les vendanges

Pour faire une bonne récolte, il faut de beaux raisins, mais pas que. Un vendangeur, après une bonne journée de travail, ça a faim ! Si vous en avez 25 (étudiants, saisonniers, retraités, etc.), cela nécessite une grosse logistique. Chez les Fellot, on a donc passé une bonne partie des 15 derniers jours à préparer les bâtiments et la cuisine pour les recevoir : “on loge et on nourrit les vendangeurs. Il faut donc faire les courses et une personne a été embauchée pour préparer les repas. Avec tout ce monde, ça fait une belle ambiance”, sourit le vigneron. Si Emmanuel Fellot a besoin de 25 vendangeurs sur ses 20 hectares, c’est parce que les vendanges se font souvent à la main, comme dans tout le Beaujolais “c’est une exploitation familiale assez morcelée avec beaucoup de coteaux. Tout au long de l’année on travaille beaucoup manuellement”

 

Des raisins à maturité parfaite

Emmanuel Fellot a fixé le 29 août comme date de début des vendanges, cependant toutes les exploitations ne démarrent pas le même jour. Chaque vigneron prend une décision en fonction de ses observations sur le terrain. “En août, on a fait beaucoup de contrôles de maturité, sur le sucre et l’acidité. Il faut arriver à trouver le bon équilibre”, explique-t-il. Les vignerons doivent aussi prendre en compte les niveaux de maturité différents, selon les parcelles : “on détermine la date des vendanges mais aussi l’ordre de ramassage des parcelles. Pour les Beaujolais Nouveaux, on a commencé samedi. Au milieu, ce sera pour les vins de garde. Sur la fin, on vendangera des parcelles plus tardives qui font aussi des Beaujolais Nouveaux”, précise Emmanuel Fellot. Le vigneron vend environ 40 % de sa récolte en primeurs, après l’avoir vinifiée et mise en bouteille sur la propriété.

 

Une année exceptionnelle pour les Beaujolais Nouveaux

Tous les vignerons du Beaujolais le disent, les conditions météo ont été excellentes cette année : “les raisins sont très beaux, on est super content. Ils sont tous bons à mettre dans le seau. Il n’y en a pas énormément mais la récolte est belle”, précise Emmanuel Fellot. Depuis le printemps, les coteaux du Beaujolais ont en effet été baignés par le soleil et la chaleur, avec au mois d’août des petites pluies, une dizaine de millimètres par week-end qui ont permis de soulager la terre. Chez Emmanuel Fellot, les cuves et les pressoirs sont prêts, avec 12 jours d’avance par rapport à 2014. L’année 2015 est précoce et pleine de promesses : “cette année on aura des Beaujolais Nouveaux qui sont bien structurés, sur le fruit et avec une belle couleur”. Vivement le 19 novembre pour les déguster !

  • Partager

  • Facebook