Philippe Rispal : le Beaujolais Nouveau, c’est « beaucoup de sourires »

Philippe Rispal est responsable du pôle des arts de la table, à l’Institut Paul Bocuse dans la métropole de Lyon. Sommelier de métier, Philippe Rispal est aussi un enfant du Beaujolais. Le troisième jeudi de novembre est un moment qu’il ne voudrait pas manquer. D’ailleurs, c’est lui qui organise son propre instant de convivialité !

Rispal - Beaujolais Nouveaux
Le Beaujolais Nouveau est le vin qui nous permet d’entrer dans ce nouveau millésime

Mâchon et Beaujolais Nouveaux 2017

Pour célébrer les Beaujolais Nouveaux, Philippe Rispal a une habitude. Il organise chaque année une grande soirée à l’Institut Paul Bocuse. Au programme pour les étudiants en hôtellerie et restaurant : Beaujolais Nouveaux et mâchon. Le mâchon est une grande tradition lyonnaise, c’est le casse-croûte des travailleurs, à base de cochonnailles. Pour initier les invités à la diversité des Beaujolais Nouveaux, Philippe Rispal fait déguster les vins de trois ou quatre vignerons différents.

« On mêle toutes les approches, des grandes signatures, des noms qui ont fait l’histoire de la région, mais aussi des vignerons situés sur différents secteurs : pierres dorées ou plus dans les crus. Ça permet de montrer plusieurs expressions du Gamay et plusieurs savoir-faire ».

Beaujolais Nouveaux, une entrée sur le millésime

Pour Philippe Rispal, les Beaujolais Nouveaux ont de nombreuses vertus. En plus d’annoncer un moment de partage, ils sont les premiers vins dégustés à l’issue des vendanges et des vinifications, en toute simplicité.

« Il y a un aspect festif mais pas que. Le Beaujolais Nouveau a cette gourmandise, cette petite touche de l’année qui nous dit que c’est un nouveau départ. Les crus suivront derrière. Le Beaujolais Nouveau est le vin qui nous permet d’entrer dans ce nouveau millésime ».

Si Philippe Rispal tient à mettre en avant les Beaujolais Nouveaux, comme tous les vins du Beaujolais, c’est qu’il les connaît bien. Originaire de Villefranche-sur-Saône, il se souvient des visites dans les cuvages après les vendanges. Il y associe des odeurs de raisin en train de fermenter et des images de ce jus pressé très violacé, promesse de belles dégustations à venir. Le Beaujolais Nouveau est donc ce qui lance une nouvelle année, un moment de parfaite convivialité.

« Que les gens arrêtent d’intellectualiser et qu’ils profitent pleinement des vins primeurs du Beaujolais ! C’est un esprit de partage et de rassemblement. Ces Beaujolais Nouveaux créent l’événement, ils sont une jolie parenthèse. »

Une jolie parenthèse qui marque les esprits. D’ailleurs quand Philippe Rispal pense à tous les troisièmes jeudis de novembre qu’il a vu passer, il se remémore « beaucoup de sourires ».

Et vous, que ferez-vous le jeudi 16 novembre 2017 ?

  • Partager

  • Facebook