Beaujolais Nouveaux : « pas des vins pour deux ou trois jours »

Domaine Girin
Aujourd’hui, on boit du vin en mangeant. Il faut que les Beaujolais Nouveaux s’adaptent

Le Domaine Girin à Saint-Vérand (69) est une histoire de famille. Il y a bien sûr Henri et Bernard, les deux frères qui font vivre l’exploitation. Et depuis peu, une cinquième génération de vignerons vient de les rejoindre. Thibaut, le fils d’Henri reprend le flambeau. De quoi continuer à faire de jolis Beaujolais Nouveaux !

 

Vignoble du Beaujolais : transmettre son savoir-faire

 

Henri Girin a toujours eu la passion de la viticulture. Jeune, il a observé son père, et c’est auprès de lui qu’il a appris son métier : « je suis de l’ancienne génération, j’ai pratiquement toujours travaillé avec mon père. La transmission s’est faite naturellement, on était motivé ». Avec son fils, cet échange de savoir-faire s’est fait différemment. À une époque où le métier de vigneron a beaucoup évolué, le jeune homme s’est s’enrichi de nouvelles expériences en dehors de l’exploitation familiale. Après son BTS en alternance dans le Beaujolais, il est parti en Nouvelle-Zélande, pour faire des vinifications dans une propriété en biodynamie : « il avait besoin d’aller voir ce qui se faisait à l’extérieur et je pense que c’est nécessaire, cela apporte une autre façon de travailler ».

 

Beaujolais Nouveaux, entre tradition et originalité

 

Ce dialogue entre les racines et l’ailleurs correspond bien à la devise du Domaine Girin : « Tradition et Originalité ». Comme le dit Henri Girin : « la tradition est d’avoir les racines dans le terroir, on est de vrais vignerons. L’originalité se voit dans la présentation de notre gamme et l’évolution du produit ». Il faut dire qu’en trente ans, la consommation du vin a beaucoup changé, les Beaujolais Nouveaux aussi. « Avant, on avait un vin de comptoir, très léger et très fruité. Aujourd’hui, on boit du vin en mangeant. Il faut que les Beaujolais Nouveaux s’adaptent ». Ainsi, pendant la vinification, le vigneron favorise l’extraction des raisins. Résultat, les Beaujolais Nouveaux restent « des vins où l’on recherche le fruit, mais avec de la couleur et un peu plus de matière que dans le temps ».

 

Arrivée des Beaujolais Nouveaux : un moment de partage

 

Ce qui ne change pas, c’est l’esprit de fête qui entoure les Beaujolais Nouveaux. Le troisième jeudi de novembre, le Domaine Girin organise une dégustation. La famille Girin présente sa cuvée de Beaujolais Nouveau, ainsi que les autres vins de la propriété. « Les portes ouvertes nous permettent de rencontrer toute notre clientèle. Notre image a souffert. Là, c’est vraiment l’occasion de réconcilier les gens avec le Beaujolais Nouveau ». Pour cela, les visiteurs sont conviés à un apéro dînatoire. Ils découvrent le vin primeur et peuvent aussi en mettre de côté : « on explique aux gens que le Beaujolais Nouveau n’est pas un vin de deux ou trois jours, c’est un vin qui peut se boire dans le temps ». Une soirée entre amis en février, un repas de famille en mars, voire un barbecue au printemps : autant de bons moments où l’on peut partager un verre de Beaujolais Nouveau.

  • Partager

  • Facebook