Gilles Gelin : “Il faut redécouvrir les Beaujolais Nouveaux”

Gilles Gelin est un vigneron passionné (“Je n’aurais pas voulu faire un autre métier”). Amoureux de ses terres beaujolaises, il dirige une exploitation familiale à Lancié. Son credo : les Beaujolais Nouveaux sont des vins qu’il faut (re)déguster !

Gilles-Gelin_vigneron-Beaujolais3l
Je fais un métier qui permet de faire plaisir aux gens, à condition de bien le faire.

Les Beaujolais Nouveaux, des vins qui étonnent

Casquette vissée sur la tête, Gilles Gelin fait déguster ses Beaujolais Nouveaux à des visiteurs. Du Beaujolais Nouveau au mois de juin ? Cela étonne souvent les clients ou les élèves en sommellerie qui viennent sur son exploitation : “C’est du vin donc ça peut vieillir !”, sourit Gilles Gelin, “Nous avons des Beaujolais Nouveaux qui ont 2, 3, 4 ou 5 ans d’âge”. Un vin de qualité le sera toujours, le 3e jeudi de novembre ou plusieurs années après. Car le viticulteur y tient : “Je fais un métier qui permet de faire plaisir aux gens, à condition de bien le faire”. Et son métier, Gilles Gelin le fait avec application, comme ses collègues vignerons en Beaujolais : “Il y a eu de vrais efforts dans le vignoble et on est l’un de ceux qui ont le plus remonté la qualité moyenne des vins au cours des 10 dernières années”.

Gilles-Gelin-Beaujolais-Nouveaux

Beaujolais Nouveaux : un véritable savoir-faire

S’il fait des Beaujolais de garde, Gilles Gelin se dit aussi “Fier de vinifier des Beaujolais Nouveaux”. Car on le sait peu, mais “Faire un Beaujolais Nouveau, c’est super compliqué”. Pourquoi ? Parce que “Faire un vin fruité, c’est facile. Faire un vin structuré c’est facile. Mais arriver à marier gourmandise et un peu de matière, c’est plus difficile”. La vinification des Beaujolais Nouveaux exige des prises de décision rapides et dans le bon tempo pour obtenir des vins fruités et tout en rondeur. Le vignoble du Beaujolais n’est pas non plus un territoire simple à travailler : “C’est sûrement l’un des vignobles où il y a le plus de boulot manuel”, explique Gilles Gelin. Les fautives sont les collines du Beaujolais, si belles sous le soleil d’été mais si longues à arpenter, notamment au moment des vendanges, réalisées à la main.

 

Les Beaujolais Nouveaux, des vins de plaisir à redécouvrir

Alors pourquoi tous ces efforts ? Pour offrir un moment de convivialité évidemment ! “Quand nous travaillons nos raisins, nous pensons déjà à nos vinifications et aux gens qui vont boire nos bouteilles”, souligne Gilles Gelin. D’ailleurs, le vigneron estime que les Beaujolais Nouveaux sont des vins à redécouvrir : “Il y a quelques années, nous étions partis sur des vins un petit peu trop techniques, trop sur l’acidité et avec un manque de matière”, précise-t-il, “Cela ne correspondait plus forcément à ce que les consommateurs avaient envie de boire”. Les vignerons du Beaujolais défendent maintenant – et depuis de nombreuses années – des vins nouveaux qui expriment le territoire beaujolais, le plaisir du cépage gamay et la personnalité du vigneron. Il était temps que cela se sache !

  • Partager

  • Facebook